loader image

Albarquel

1957

 Au beau milieu de leur saison d’été 2021 alors qu’ils travaillaient en Corse, Léa et Victor sont tombés sur une annonce d’un mystérieux bateau multicolore à vendre… Après un appel au propriétaire et son ami chargé de la vente, ils prennent rapidement leurs billets d’avion pour aller voir Albarquel au Portugal.

Après une journée ou deux de visites du bateau de fond en comble, discussions, calculs savants et réflexion, c’est décidé, y’a du boulot mais c’est exactement ce qu’il leur faut !

Albarquel passe donc l’été à bronzer dans le Tage, surveillé de près par le chantier naval de Mestre Jaime à Sarilhos Pequenos et par Rodrigo, son ange gardien.

C’est dont début Septembre, à la grande marrée, qu’Albarquel est tiré à terre par Mestre Jaime et les autres charpentiers de marine de Sarilhos Pequenos pour se refaire une beauté avec au programme: vérification et changement des bordées qui le méritent, calfatage de la coque, dépose de l’arbre d’hélice et changement du presse étoupe, nettoyage et peinture des fonds de cale, changement des planchers, réfection des 2 salles de bain et de la cuisine, nettoyage et peinture de la salle machine…

Vous l’aurez compris, il y a du boulot pour l’hiver.

Albarquel prendra ensuite la mer jusqu’à La Ciotat, son nouveau port d’attache, où il sera inspecté par les affaires maritime pour redevenir le navire de commerce qu’il était il n’y a pas si longtemps et se lancer dans sa nouvelle vie:

 Vous emmener naviguer entre La Ciotat et Toulon à la journée, à la semaine, et même le temps d’une soirée !

 

 

Albarquel est un transporteur de sel, construit en 1957 au Portugal. Ses cales, d’une contenance de 80 tonnes, transportaient le sel des salines du Sado jusqu’aux différents ports morutiers portugais. Exploité par une entreprise de Setùbal, Albarquel, caboteur à voile et moteur, approvisionnait en sel les ports morutiers du Portugal.

En 1970, il est désarmé et échoué dans la caldeira de Troïa de 1973 à 1977.

La coque est racheté par deux officiers de la marine marchande française en 1977 et quelques années plus tard, il est réarmé en bateau de plaisance et gréé en ketch pour effectuer des croisières en Europe du Nord et en Amérique du Sud. Restauré sur la Praia da Sapec par le chantier de Manuel Viana, quille et bordés changés, son moteur Cummins remis à bord, Albarquel quitte le fleuve Sado pour rejoindre Gaio de Rosario dans l’estuaire du Tage où il reçoit son nouveau gréement de ketch et les cinq voiles en coton d’Égypte coupées par les voiliers du Tage, Maitre Bras et son frère José. Albarquel rejoint Madère, Dakar au Sénégal puis les îles du Cap Vert. Il arrive à Belem au Brésil, remonte l’Amazone jusqu’à Téfé où il prend trois mois de bon temps dans le lac avant de redescendre le fleuve pour rejoindre Sao-Louis, capitale de l’État du Maranhão.

La pélicule ayant été exposée à la chaleur amazonienne, toutes les photos sont sorties vertes et nous n’en avons donc pas !

En 1980 Albarquel arrive à La Rochelle où il passe sa visite de mise en service. En 1981 Albarquel séjourne à Perros-Guirec et au Havre d’où il repart pour une croisière dans le nord de l’Europe.

 

Après un séjour à Trégastel en 1982, Albarquel part vers les Iles Scilly et l’Irlande, traverse le canal Calédonien (sans voir le monstre du Loch Ness !) puis arrive à Bergen en Norvège d’où il redescend le long des côtes danoises et allemandes. Après une traversée de la Hollande, Albarquel rejoint La Rochelle d’où il se prépare pour un long périple à travers l’Atlantique.

Le bateau change alors de skipper et rentre en Europe Albarquel est alors repris par une association de Boulogne qui organise des croisières côtières le long du littoral français et ibérique.

En 1997, Albarquel est convoyé de la Méditerranée jusqu’à Saint-Valery-en-Caux en Seine-Maritime. Un gros chantier est alors entrepris. Albarquel est mis aux normes NUC, Tous les aménagements sont refaits lors des 8 mois de travaux. Albarquel est ensuite exploité pour des sorties à la journée et des croisières. Il participe à des rassemblements de vieux gréements à Brest, Douarnenez, Paimpol, Amsterdam et Oostende.

En 2007, Albarquel est acheté par Albarquel Expé. D’importants travaux de rénovation et de restauration, dans le souci de respecter les méthodes de construction historiques, sont organisés avec les Chantiers Tramasset au Tourne en Gironde.

 

Albarquel reprend alors la mer dans les meilleures conditions en Norvège et navigue 8 mois par an en mer de Norvège (archipel des Lyngen et des Lofoten), mer de Barents et dans l’archipel du Svalbard.Le but d’Albarquel Expé est de faire découvrir, dans une volonté affirmée de respect de l’environnement, les espaces fragiles des zones polaires. L’hiver, en Norvège, Albarquel accompagne les skieurs dans les Alpes de Lyngen puis, à partir du printemps, au Svalbard.

 

En 2014, Albarquel Expé doit vendre Albarquel sur décision du Tribunal de Commerce de Cherbourg.

En 2015, Bruno, l’officier de la Marine Marchande qui l’avait acheté en 1977 le rachète aux enchères (le seul enchérisseur !), entreprend 3 mois de restauration avant de le confier à un skipper.

Albarquel est retrouvé peu après abandonné échoué à Galipoli dans le sud de l’Italie.

Une énième fois Bruno sauve Albarquel, réussit à récupérer ses papiers, à monter à bord, et à le déséchouer à l’aide de remorqueurs et le ramène au Portugal ou il sera ensuite confié aux mains expertes des bénévoles de l’association Marseillaise Les Bordées dont il sera l’outil socio – éducatif pour les différents projets de l’association entre 2018 et 2020

 

Durant la pandémie de covid-19, Albarquel sera confiné au chantier de Mestre Jaime à Sarilhos Pequenos jusqu’à ce que Victor et Léa l’achètent l’été 2021 et le rénovent l’hiver suivant.

….